Récits du temps de Charles V

 Les récits du temps de Charles V avancent...

l’Archiprêtre et la cité des Tours, connaitra une nouvelle version en 2022

Sortiront ensuite, en 2022, La Rançon du roi Jean, puis Les assassins d’Étienne Marcel.

Voici deux résumés, et les projets de couvertures numériques.


LA RANCON DU ROI JEAN 

Prisonnier d’Édouard III après la défaite de Poitiers, le roi de France Jean le Bon est enfin parvenu à un accord avec le roi anglais. Par le traité de Brétigny, il sera délivré moyennant une rançon de trois millions d'écus et la cession d’un tiers du royaume de France à son vainqueur.

Mais son fils Charles, régent en son absence, se montre incapable de payer le premier acompte aussi le roi accepte-t-il de céder sa fille Isabelle au fils du seigneur de Milan Galéas Visconti qui, en échange, versera six cent mille florins.

L’accord fait, reste à transporter une partie de la somme jusqu’à Paris alors que le royaume est sous la coupe des grandes compagnies qui pillent la Bourgogne, la Champagne et l’Auvergne, où elles  dépouillent les voyageurs.

Une expédition est mise sur pied, conduite par Francesco Petrarca – le poète Pétrarque –, qui remettra également au roi de France deux bagues d’une valeur incommensurable. Reste à trouver un capitaine pour conduire pareille entreprise. Ce sera le condottiere florentin Pietro da Sangallo, qui a déjà transporté des fonds en Provence pour la ville de Florence.

Le convoi sera l’objet de telles attaques que plusieurs des chevaliers de l’escorte seront convaincus qu’un félon s’est glissé parmi eux.

L’or arrivera-t-il à Paris, alors que l’archiprêtre Arnaud de Cervole, que Sangallo a combattu en  Provence, semble s’y intéresser ?


  




LES ASSASSINS D’ETIENNE MARCEL

 

Après la défaite de Poitiers, le roi de France Jean le Bon étant prisonnier en Angleterre, Etienne Marcel, prévôt des marchands de Paris, influent député des Etats réunis par le dauphin afin de financer la lutte contre les Anglais, avait imposé un conseil pour gouverner le royaume. Il avait alors l’appui de Charles de Navarre, arrière-petit-fils de Philippe le Bel, prétendant au trône et surnommé Charles le Mauvais.

Or, en 1358, Marcel était assassiné par ses propres amis et Charles de Navarre devenait le seul adversaire du dauphin, fils de Jean le Bon. Mais ce dernier, redoutable stratège, parvenait à l’écarter de Paris grâce à Bertrand du Guesclin, et à rassembler une partie de la rançon qui permettait de libérer son père.

Moins de trois ans après la mort du prévôt des marchands, une délégation milanaise conduite par Francesco Petrarca – le poète Pétrarque –, apportait au roi de France cent mille florins pour compléter la rançon exigée par les Anglais. Son capitaine, le florentin Pietro da Sangallo, après avoir fraternisé avec un parent d’Etienne Marcel, compagnon de Bertrand du Guesclin, se voit chargé par le dauphin de retrouver des documents qui expliquerait la mort du prévôt des marchands.

Mais son enquête attire l’attention de ceux qui ont manigancé le crime.

Pour l’écarter, ceux-là feront accuser de meurtre l’un de ses proches, amoureux d’une singulière joueuse de harpe. Pietro de Sangallo découvrira alors un plus vaste complot ourdi par Charles le Mauvais.


  


Nouvelles couvertures chez J'Ai lu

 Tous mes livres chez J'Ai lu connaitront bientôt de nouvelles couvertures. En voici quelques-unes...


         c          









Toujours disponible: La vengeance du Baphomet

 



La suite de "La quête du trésor du Temple" (disponible uniquement sur Amazon)





Parution en 2022... Récits du temps de Charles V

 La rançon du roi Jean 

À l’approche des fêtes de la Nativité de l’an de grâce 1360, le roi de France revient enfin à Paris après quatre années durant lesquelles il est resté prisonnier du roi d’Angleterre Édouard III.

Cette sombre période avait commencé par la défaite de Poitiers, bataille que les Français n’auraient jamais dû perdre tant leurs forces étaient supérieures à celles de l’Angleterre. Durant les mois suivants, le roi étant prisonnier, c’est son aîné, Charles, un damoiseau faible, inexpérimenté, insouciant et influençable, qui avait dirigé le royaume. Le jeune dauphin s’était retrouvé face à un cousin ambitieux, Charles le Mauvais, qui voulait le trône de France, et au prévôt des marchands de Paris, Etienne Marcel, qui visait à affaiblir la royauté.

Mais les épreuves avaient changé l’inconséquent dauphin qui avait réussi à rassembler la prodigieuse rançon exigée par Édouard III pour la libération de son père. La plus grande partie serait payée par Galeazzo Visconti, seigneur de Milan, en échange de la fille de Jean le Bon qui épouserait son fils.

Mais cette rançon, encore faut-il la transporter à Paris, et la route de Milan à la capitale du royaume est semée de périls dans un royaume où les Grandes compagnies d’aventuriers font la loi. Pour Visconti, seul un homme peut réussir cet exploit : Pietro da Sangallo, ancien condottiere et capitaine de la milice de Florence, qui voyagera avec son ambassadeur : le poète Pétrarque.

Seulement, trahisons et guet-apens vont empêcher la rançon d’arriver à bon port. Sangallo se heurtera-t-il à son ancien adversaire, l’archiprêtre Arnaud de Cervole ? Quant à ce Bertrand du Guesclin, est-il vraiment un honorable chevalier ?

 

La Rançon du roi Jean, à paraître en 2022, suivi ensuite par un second volume : Les assassins d’Étienne Marcel. Ces deux romans font suite à l’Archiprêtre et la cité des Tours, déjà paru en poche et dont une nouvelle version sera publiée en 2022. L’ensemble de ces livres formant une série : Récits du temps de Charles V.



Cordoue, 1211


Parution le 8 avril, message radio (France inter, Europe 1, France culture)

 

Le rat géant de l'hôtel Saint-Pol

 Cette longue nouvelle se situe dans le cours du roman "Le Signe des Trois". 

A l'automne 1425, un rat géant sème la terreur dans des hôtels parisiens. D'où sort cet animal ? Que se passe-t-il dans les souterrains du Monceau-Saint-Gervais ? Que cachent le prévôt de Paris, le capitaine du bois de Vincennes et le frère du médecin de la duchesse de Bedford ?

La nouvelle sera disponible uniquement en numérique à l'automne 2021.


Le signe des Trois

 Cette enquête d'Edward Holmes se situe quelques mois après la danse macabre, mais son origine remonde dix ans auparavant.

Le roman sortira à l'automne, chez 10-18.


Ils étaient trois. Trois amis, trois damoiseaux de noble lignage qui avaient appris à se battre ensemble pour devenir chevalier. Hélas, Azincourt devait briser ce rêve. L’un y fut égorgé avec d’autres prisonniers sur ordre d’Henry V, et les deux autres partirent comme prisonniers en Angleterre. Leur rançon ne fut jamais payée.

Or, un beau jour du joli mois de mai de l’an de grâce 1426, une noble dame, épouse du bras droit du président du parlement Philippe de Morvilliers, fervent soutien de la cause anglaise à Paris, vint demander au clerc Edward Holmes de rechercher un troubadour qu’elle a entendu chanter une chanson du temps de sa jeunesse. Singulière demande ! Encore plus curieuse quand Holmes, à la recherche d’un livre volé, découvrira une librairie à l’enseigne de la fleur de mouron rouge.

Or, cette fleur, Gower Watson l’avait aperçue sur les cottes d’armes de trois écuyers prisonniers après la bataille d’Azincourt. Des damoiseaux que le duc de Salisbury lui avait ordonné de tuer. Ce qu’il avait refusé.

 Couverture envisagée chez 10-18


Ci dessous, les couvertures envisagées pour les versions numériques.